Debriefing du politico-dating au « Shortbus »

Publié le par democratedenancy

Ce titre est un peu provocateur. Il se veut réactif et surtout « à cœur ouvert ».

 11751 306208906132318 300963759990166 706789 507800387 a

 

Vendredi 1er juin, j’ai lancé une invitation à rencontrer les électeurs de la première circonscription d’une manière non-conformiste.

L’intitulé sonnait de façon un peu décalée dans le cadre d’une campagne pour les élections législatives : Invitation à un politico-dating au « Shortus ».

Il mérite un peu d’explications.

 

« Politico-dating ». Néologisme et savant mélange d’anglicisme, pour les fervents défenseurs de la langue française, dont je faire partie, il peut surprendre. J’en conviens.

Qui plus est, au bar le « Shortbus ». Anglicisme encore, en un lieu qui toutefois s’était déjà engagé de façon très citoyenne et républicaine, au soir du premier tour de l'élection présidentielle : afin de lutter contre l'abstention, un verre était offert à chaque client sur présentation de sa carte d'électeur tamponnée. Un bar réputé pour être jeune, ouvert et qui accueille tout le monde.

 

Il m’est donc apparu que les mots se complétaient fort bien plutôt que de s’entrechoquer, qu’ils étaient les plus adaptés pour répondre à l’objet de cette rencontre.

Ils portent en leurs déclinaisons l’évolution de notre société, le sens de l’ouverture et du dialogue, et pour la candidate à l’élection législative que je suis, la nécessaire adaptation du politique à tout ce qui l’entoure, sans œillère ni faux-semblant, pour faire de sa fonction ce qu’elle doit être vraiment : connaître la vie des gens et leurs préoccupations, aussi diverses soient-elles, pour mieux répondre aux attentes, pour légiférer au mieux, avec bons sens, équité et réalisme.

 

Si la formule du « politico-dating » n’est pas nouvelle, elle étonne encore. Copiée sur celle du « speed-dating », elle a pour objet, dans un lieu de rencontre, et en quelques minutes d’échanges, de discussions à bâtons rompus, d’écouter, de partager librement ses points de vue, même divergents, en toute transparence, avec sincérité et vérité. Elle me permet de présenter mon projet politique autrement, mais toujours au travers du projet de société qui est mien, au sein de ma famille politique centriste, humaniste et démocrate.

 

Ainsi peut-on s’enrichir les uns les autres, de nos accords, de nos différences voire de nos divergences, mais toujours, dans le respect de l’autre, et surtout au-delà des querelles stériles et partisanes. C’est ce qui fonde la base de mon projet politique.

 

Bien éloignée de la traditionnelle réunion publique qui, soyons honnêtes, ne draine plus les foules sauf un public déjà averti ou convaincu, cette formule offre une proximité, une liberté de parole et, je l’espère, permet d’offrir un tout autre regard sur le politique.

 

Plus concrètement, lors de ces minutes d’échanges et de partages, le dialogue s’établit, progressivement : il faut aller vers les autres sans attendre qu’ils viennent à vous,  il faut d’abord gagner la confiance de celle ou de celui à qui l’on s’adresse et surtout rester soi-même sans faux-semblant ni message pré-établi ou formaté.

Cela brise un peu les clichés reçus et les habitudes. Il faut simplement oser et aimer se tourner naturellement vers les autres.

 

La conversation s’engage souvent de la part de l’interlocuteur avec le traditionnel : « Vous savez, je ne fais pas de politique… » . Ce qui est faux, en soi.

 

Chacun, à sa manière, « fait » de la politique, de différentes façons, il est vrai : par un investissement ou son implication à défendre une cause ou une passion, par un regard parfois acerbe sur la vie publique, par une volonté de pouvoir se projeter de façon plus sereine vers un avenir qui reste, et je l’ai constaté pour beaucoup, très incertain.

En étant tout simplement acteur de la vie de la Cité.

 

Les sujets abordés sont donc aussi divers que variés.

Emploi, Europe, dépendance, éducation, économie, culture, santé, environnement sont ceux qui reviennent le plus fréquemment et ressortent comme des enjeux majeurs. Ils prouvent, si besoin en était, à quel point les citoyens s’intéressent aux grands défis d’avenir

 

Si tous ces thèmes n’appellent pas les mêmes réponses ou sont parfois évoqués sous des angles différents, ils nécessitent des propositions urgentes et cohérentes dans l’intérêt général.

Les propositions que j’offre aux électeurs peuvent être retrouvées dans ce site et sur mes documents de campagne, je n’y reviendrai donc pas.

 

Ils appellent en revanche à toujours garder en mémoire qu’un député se doit être d’être vigilant, qu’il se doit d’être au service de la population, à l’écoute de tous et de chacun, et que pour ce faire, il ne doit compter ni son temps ni son énergie.

 

Et que, sans doute, un élu de la Nation doit parfois être là où on ne l’attend pas, loin des habitudes et des traditionnelles rencontres politiques, dès lors où il trouve sa place au cœur des gens et de leurs préoccupations.

Si vous m’accordez votre confiance, c’est dans cet esprit je m’engage à être votre députée avec le sérieux et la gravité que la fonction requiert mais aussi avec cette volonté toujours aussi déterminée de remettre l’Homme au centre des préoccupations.

Danièle Noël Candidate 1er cicronscription Meurthe & Moselle

Retrouvez Danièle Noël sur Facebook Cliquez-ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article